Coque telephone huawei p8 lite 2017 Women accusing men of rape take justice into their own hands-etui samsung a5 2015-fcwnux

Lorsque Lauren Ingram a postA� le premier de ses tweets exposant l’identitA� de son violeur prA�sumA�, il a ressenti comme A�un petit acte de pouvoir et de rA�sistanceA� aprA?s deux annA�es de sentiment qu’elle n’allait nulle part.

‘J’en ai dA�jA� parlA� mais pas en dA�tail’, a A�crit le journaliste de Sydney, A?gA� de 27 ans, dans son premier article: etui i phone 5 ‘Alors voilA�: en avril 2015, j’ai A�tA� violA�e par un membre des Verts.’

L’homme avait A�tA� un ami d’Ingram. La nuit en question, il l’invita chez lui, oA? ce qui commenA�a comme un sexe consensuel se transforma en ce qu’elle dA�crivit comme une agression violente.

Ingram l’a nommA�, en taguant son nom d’utilisateur, dans un tweet plus tard.

Bien que beaucoup aient applaudi sa bravoure, tout le monde n’A�tait pas d’accord pour dire que les mA�dias sociaux A�taient l’endroit idA�al pour nommer et humilier un homme A� cause d’allA�gations qui n’avaient pas A�tA� testA�es devant un tribunal.

Mais Ingram en avait marre des chaA�nes officielles. Pendant deux ans, elle s’A�tait plainte auprA?s de la police et des Verts NSW, oA? son violeur prA�sumA� A�tait employA� et avait l’impression d’avoir A�tA� contrecarrA�e A� chaque fois.

Selon elle, la police avait perdu tout intA�rA?t pour son dossier et elle lui avait dit que ses dossiers d’hA?pital avaient A�tA� dA�finitivement dA�truits, ce qui aurait rendu son cas beaucoup plus faible si elle A�tait portA�e devant les tribunaux.

Mais Background Briefing a dA�couvert que ces fichiers existent toujours une rA�vA�lation que Ingram a dit avoir renforcA� sa dA�cision de rendre publique l’identitA� de son agresseur prA�sumA�.

Prendre les choses en mainIngram fait partie d’un plus grand mouvement de jeunes femmes qui sont prA?tes A� se faire justice elles-mA?mes dans les cas d’agression sexuelle.

MalgrA� les avertissements de la police selon lesquels la honte publique pourrait se retourner contre eux, des femmes A� travers l’Australie rejoignent des groupes Facebook privA�s qui partagent des histoires sur les hommes A� A�viter.

‘Je suis une partie de la mafia fA�ministe clandestine secrA?te qui raconte A� tous mes amis, et mA?me seulement aux femmes que je rencontre. A� propos de qui sont les mA�chants, qui sont les violeurs ‘, a dA�clarA� Anna, membre d’un groupe comme celui-ci.

‘Le systA?me n’est pas mis en place pour m’aider. Il est mis en place pour l’aider, c’est notre propre systA?me. ‘

Anna a dit qu’elle pourrait penser A� cinq hommes qu’elle a rA�guliA?rement dit A� ses amis d’A�viter. MA?me au cours du dernier mois, at-elle dit, elle a coupA� un homme de son cercle social aprA?s avoir entendu parler de son histoire laide.

Un mois avant le viol prA�sumA� d’Ingram, Riley a dit qu’elle avait eu une expA�rience similaire avec la mA?me connaissance mutuelle: elle dA�crit d’abord son consentement, avant que le sexe ne devienne violent et intimidant.

Riley n’est pas allA�e A� l’hA?pital aprA?s l’accident, elle n’est pas allA�e voir la police tout de suite. Pendant des semaines aprA?s, elle est allA�e et venir entre le dA�ni et se sentir profondA�ment violA�.

Maintenant, elle souhaite avoir ‘dit quelque chose’. Je me sentais tellement coupable. Je me sentais comme si je l’avais reconnu et si j’avais dit quelque chose plus tA?t, si je l’avais prA�venue, dit Riley, je ne l’avais pas fait.

La police met en garde contre les dangers de s’exprimer Certaines personnes ont dA�crit le mouvement d’Ingram comme une manifestation de vigilance, mais elle n’est pas totalement en dA�saccord.

A�C’est presque comme reprendre le pochette galaxy s8 pouvoir, en reprenant tout ce que vous pouvez, contre le systA?me qui ne fonctionne pasA�, a-t-elle dit. ‘C’est comme un petit acte de puissance et de rA�sistance.’

Ce raisonnement inquiA?te la surintendante du dA�tective Linda Howlett, qui dirige la brigade des crimes sexuels de Nouvelle-Galles du Sud. A� la fin de la journA�e, a-t-elle dit, cela n’aiderait pas A� faire arrA?ter ou inculper un dA�linquant.

‘Cela aurait pu samsung galaxy xcover 4 noir pakistani sex it’s been months compromettre les preuves qui pourraient A?tre obtenues’, a-t-elle dit.

‘L’autre chose que nous ne voulons pas, c’est que ce commentaire sur les mA�dias sociaux soit prA�sentA� devant un juge et un jury, car cela pourrait mettre en doute les circonstances de l’enquA?te ou tout ce que la victime pourrait dire.’

Et puis il y a le risque que le violeur accusA� puisse poursuivre la victime de viol pour ce qu’elle a dit en ligne.

‘La victime pourrait A?tre laissA�e ouverte A� des poursuites civiles par le contrevenant qui a rA�ellement commis l’infraction contre eux’, a dA�clarA� le surintendant Howlett.

‘Jusqu’A� ce qu’une personne soit rA�ellement reconnue coupable, ils sont innocents aux yeux de la loi de cette infraction particuliA?re.’

La nuit du viol prA�sumA� de LaurenSur le cours de ses tweets, et dans son interview avec Background Briefing, Ingram a exposA� son compte de ce que l’homme, qu’elle avait autrefois considA�rA� comme un ami, lui a fait.

La nuit commenA�a avec lui, lui demandant si elle voulait sortir chez elle et manger de la pizza. Quand elle arriva chez lui, il n’y avait pas de pizza, mais il avait achetA� du gin, la conversation l’amena A� s’embrasser, puis A� avoir des relations sexuelles consensuelles.

Mais Ingram a dit que ce n’A�tait pas longtemps avant qu’il ne commence A� devenir rude, quand elle l’a senti en train de la mordre, elle lui a dit que A�a lui faisait mal et lui a demandA� d’arrA?ter.

‘Je pense que j’ai dit d’arrA?ter quatre ou cinq fois, et il m’a attrapA� par le bras et m’a maintenu sur le lit et a continuA� A� avancer’, a-t-elle dit..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *