Coque telephone huawei p9 lite Drug War With U-coque 3d-okxdia

Les pistolets ont A�tA� cachA�s dans des piscines d’unitA�s de chauffage de piscine et leurs accessoires A�tant le genre de chose que vous pouvez expA�dier de Miami A� Rio de Janeiro sans A�veiller les soupA�ons. Les contrebandiers avaient vidA� les unitA�s et les avaient remplacA�s A� leur poids initial par des fusils et des munitions.

Il y avait 60 carabines de style assaut et des munitions dans l’envoi qui est arrivA� A� l’aA�roport international de Rio le 1er juin 2017. 45 d’entre eux ont A�tA� fabriquA�s aux A�tats-Unis et ils A�taient presque certainement destinA�s aux gangs de La police dans les favelas de Rio a contribuA� A� une forte augmentation de la violence dans la deuxiA?me plus grande ville du BrA�sil, avec des armes fabriquA�es au Maine, au Massachusetts, en Illinois, au Minnesota, en Caroline du Sud, en Alabama et en Floride.

L’expA�dition n’A�tait pas une affaire de temps. Les trafiquants brA�siliens avaient une routine, avec des mots de code enracinA�s dans le jargon portugais. Les fusils d’assaut A�taient flechas dans les flA?ches d’argot des trafiquants.Les cartouches A�taient biscuitos, ou biscuits Voici la traduction d’une transcription de l’appel inclus dans les dossiers de la police fA�dA�rale et les documents du ministA?re public fA�dA�ral du BrA�sil:

Et maintenant, ils A�taient lA�, dans la zone douaniA?re de l’aA�roport international Galeo de Rio, une unitA� de chauffage pleine de flochas et biscuitos et jujuba, exposA�e par une machine A� rayons X. C’A�tait, selon la police fA�dA�rale, la plus grande cargaison de fusils et des munitions ont A�tA� saisies A� l’aA�roport de Rio.

Dans les jours suivant le buste, la police a arrA?tA� plusieurs BrA�siliens qui, selon eux, A�taient impliquA�s dans le complot. Mais le chef prA�sumA� de l’opA�ration est restA� insaisissable, mA?me si la police croyait savoir exactement qui il A�tait: Frederik Barbieri, un brA�silien de 46 ans qui avait A�tA� A�levA� A� l’extA�rieur de Rio de Janeiro avant de devenir un millionnaire en faisant passer des armes aux Etats-Unis. pays natal.

Il y avait eu une piqA�re similaire en 2010 et des accusations similaires contre Barbieri. Mais en 2012, il s’A�tait enfui aux A�tats-Unis et s’A�tait installA� dans le sud de la Floride, d’oA?, selon la police brA�silienne, il avait passA� cinq ans A� faire passer plus de 1.000 fusils et des milliers de munitions au BrA�sil.

Chaque fois qu’une fusillade de masse se produit aux A�tats-Unis A� Sandy Hook ou A� Sutherland Springs, A� Las Vegas ou A� Stoneman Douglas High School, les AmA�ricains se livrent A� des dA�bats prA�visibles et gA�nA�ralement infructueux sur le contrA?le des armes A� feu. AmA�rique, comment limiter la facilitA� avec laquelle les AmA�ricains peuvent les acheter, et comment rA�duire les pA�ages de plus en plus lourds que les armes A� feu apportent A� nos villes et A�tats, A�coles et A�glises.

Le cas de Barbieri met cependant en A�vidence un autre phA�nomA?ne rarement abordA�: le fait que les armes amA�ricaines trouvent souvent leur chemin vers les A�tats-Unis par l’intermA�diaire de contrebandiers cherchant A� rA�aliser un profit en vendant A� bon marchA� des produits de contrebande A� un taux important. , Tabac, armes A� feu et explosifs, ou ATF. ‘Cela n’a rien A� voir avec le deuxiA?me amendement, ou les chasseurs ou les tireurs. Cela a A� voir avec la crA�ation d’une situation qui prend beaucoup de vies et qui fournit les moyens pour le crime organisA� d’exister dans ces pays. ‘

Ce ne sont pas seulement les armes qui sont expulsA�es des A�tats-Unis, mais aussi les problA?mes de violence armA�e.

Les fusils amA�ricains n’inondent pas exactement le BrA�sil, du moins pas dans la mesure oA? ils se sont dA�versA�s au Mexique et dans d’autres pays d’AmA�rique latine. Pourtant, au cours des trois derniA?res annA�es, la police fA�dA�rale brA�silienne a saisi plus de 1 500 armes fabriquA�es aux A�tats-Unis, la plupart d’entre elles provenant de personnes que la police dit A?tre des trafiquants de drogue et des membres de gangs de drogue.

Le bon sens suggA?re que le nombre de fusils saisis ne reprA�sente qu’une fraction du nombre de fusils disponibles sur les marchA�s illicites, et certaines donnA�es sur les saisies corroborent cette notion.

Les fusils reprA�sentent moins de 5% des armes A� feu que la police brA�silienne a saisies au cours de la derniA?re annA�e, selon l’Institut will medicare pay for cialis housse samsung s7 de la Paix, un groupe de rA�flexion de So Paulo. Mais les munitions lourdes fabriquA�es pour les fusils reprA�sentent 22% des saisies totales de munitions, suggA�rant ‘A� la fois une prA�sence importante sur le marchA� illA�gal et l’intensitA� de l’utilisation de la carabine’, ont A�crit les chercheurs de l’Institut en 2017.

La grande majoritA� de ces armes ont A�tA� trouvA�es A� Rio, une ville qui a connu une forte hausse des homicides et des crimes violents au cours des trois derniA?res annA�es alors qu’un effondrement A�conomique national a fait exploser l’A�tat de Rio et le budget municipal, sans argent pour payer agents de police ou pochette galaxy s5 de financer les services de base, et augmentA� les taux de chA?mage.

Le rA�sultat a A�tA� la guerre comme des batailles entre une force de police mA�contente et les trois principaux gangs de la drogue de la ville, qui contrA?lent de nombreuses communautA�s informelles et mal desservies de Rio. Les gangs de la drogue eux-mA?mes ont A�tA� engagA�s dans leurs propres guerres de territoire, ce qui a entraA�nA� des fusillades quotidiennes entre trafiquants et autres trafiquants, trafiquants et policiers, et mA?me entre trafiquants et militaires brA�siliens.

La saga a eu un impact social et psychologique incommensurable sur Rio de Janeiro, en particulier sur ses habitants les plus pauvres. Il y a eu 688 fusillades en janvier 2018 seulement. Dans les favelas de Rio, la classe ouvriA?re informelle, les quartiers souvent pauvres que le gouvernement a nA�gligA�s et que les gangs de drogue contrA?lent largement, ils ont forcA� la fermeture des A�coles, la fermeture des centres communautaires, les arrA?ts de routine et les exacerbations. des violations des droits de l’homme dA�jA� associA�es au programme de A�pacificationA� des Jeux olympiques d’avant 2016, qui cherchait A� prendre le contrA?le des favelas auprA?s des gangs de la drogue coque samsung galaxy grand prime personnalisable pas cher et A� fournir le genre de services sociaux vitaux dont les quartiers manquaient depuis longtemps. Le programme est maintenant un A�chec cassA� et misA�rable.

Et puis il y a le nombre de cadavres: le BrA�sil dans son ensemble a subi plus de 60 000 homicides en 2016, selon les donnA�es de la criminalitA� fA�dA�rale, une augmentation de 3,8 pour cent par rapport A� l’annA�e prA�cA�dente. Plus de 5 000 homicides ont A�tA� commis dans l’A�tat de Rio seulement, soit une augmentation de 24% par rapport A� 2015. (Il y a eu environ 17 000 homicides aux A�tats-Unis en 2016.)

Plus de 400 officiers ont A�tA� tuA�s dans l’exercice de leurs fonctions A� travers le BrA�sil l’annA�e derniA?re, avec 132 de ces dA�cA?s survenus A� Rio, soit une augmentation de 34% par rapport A� l’annA�e prA�cA�dente. La population est prA?s de 20 fois plus grande que celle de l’A�tat de Rio, et plus d’un cinquiA?me des 4200 homicides commis par la police au BrA�sil ont A�tA� enregistrA�s A� Rio.

La majoritA� de ces homicides sont commis avec des armes de poing fabriquA�es au BrA�sil. continue d’A?tre la plus grande source indirecte d’armes de poing illA�gales et de fusils d’assaut ‘, indique le rapport de la police fA�dA�rale brA�silienne, publiA� en dA�cembre. Et bien qu’il ait dA�signA� huit autres pays comme d’importantes sources d’armes saisies par la police, les officiers sur le terrain ne tiennent pas compte du rA?le que jouent les autres pays A�trangers dans l’approvisionnement de la guerre en cours du pays et de Rio.

‘Presque toutes les cargaisons d’armes A�trangA?res arrivant au BrA�sil quittent les Etats-Unis’, a dA�clarA� A� Reuters HuffPost ou A� l’Europe, Fabricio Oliveira, chef du Bureau brA�silien des armes A� feu et des explosifs, alors que les contrebandiers siphonnent systA�matiquement les fusils europA�ens au BrA�sil. La hausse des niveaux de violence A� Rio et au BrA�sil, selon la police fA�dA�rale, est de plus en plus le rA�sultat de ventes sans restriction dans les magasins et les foires des villes amA�ricaines.

Presque toutes les cargaisons d’armes A�trangA?res arrivant au BrA�sil quittent les A�tats-Unis.

Fabricio Oliveira, chef du Bureau des armes A� feu et des explosifs du BrA�sil

Bien que bon nombre de ces armes restent au Mexique pour A?tre utilisA�es d’un cA?tA� ou de l’autre dans la guerre contre la drogue, elles suivent rA�guliA?rement des itinA�raires internationaux de contrebande vers des pays comme la Colombie, le Nicaragua, le Salvador, le Venezuela et le BrA�sil. ..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *